Les Light Guns

Publié le par Gamerdome

article gun b

 

 

 



targetS’il y a un périphérique de jeu autre que les joypads classiques qui a du succès, c’est bien le Light Gun et ce pour deux raisons. La première c’est qu’il fonctionne très bien et si vous louper la cible, il ne faut vous en prendre qu’à vous-même. Et la deuxième c’est que ça défoule un max de flinguer des méchants directement sur l’écran.
Ses origines remontent aux années 30, quand fut rendu possible la détection de la lumière des tubes à vide, utilisés dans des appareils électroniques comme les radios, les télévisions ou les juke-boxes.
C’est d’ailleurs Seeburg, un fabriquant de juke-boxes, qui eu l’idée de l’employer pour la première fois dans un jeu mécanique en 1936.
Il s’agit de « Ray-O-Lite », un jeu de tir aux canards qui se déplacent sur un rail et s’abaissent s’ils sont touchés.

Ray O Lite Rayolite LightGun duck

D’autres modèles ont suivi, plus axés guerre mondiale.

LightGun Keeney Air Raider LightGun Evans Tommy Gun Light Gun Exhibit Supply Silver Bullets 

En 1974, Nintendo sort Wild Gunman en salle d’arcade, mais ce n’est pas encore un jeu vidéo, puisqu’il fonctionne à base de films préenregistrés dont les séquences changent en fonction de votre tir.

Wild Gun man

Et en 1976, Nintendo toujours, rend ce system accesible à la maison avec Custom Gunman et Custom Lion, le Cow-boy et le roi de la jungle s’écroulaient si on faisait mouche.

Light-Gun Custom Gunman Light-Gun Custom Lion

La cible contient un détecteur qui capte le rayon de lumière projeté par le fusil, qui est à peu de choses près une grosse lampe de poche, il porte donc mieux son nom que les Light Guns modernes qui fonctionnent sur le principe opposé : le récepteur est placé à l’intérieur de l’arme et reçoit la lumière émise par la cible.
Pour faire simple : quand on appuie sur la gâchette, pendant une fraction de seconde tout l’écran devient noir sauf les cibles qui apparaissent en blanc et émettent un signal distinct, qui sera détecter et analyser par la photo diode située à l’intérieur du canon.
Ce type de technologie fut utilisée en 1952 sur un puissant ordinateur de l’époque : le MIT Whirlwind. Le Light Gun était utilisé pour travailer sur le système de défense aérien des Etats-Unis et permettait d’intercepter les coordonnées d’une cible potentielle juste en la pointant.

Light-Gun 1952

Le premier Light Gun vidéo ludique fut créé en 1968, en même temps que la Brown Box, le prototype de l’Odyssey et fut disponible à sa sortie en 1972. Il permettait de jouer à 4 jeux de tirs fournis avec des caches en plastique translucides à placer sur la télévision.

LightGun Odyssey Rifle
Plusieurs « consoles Pong » de l’époque on eu droit à leur Light Gun, mais n’ont jamais soulevé les foules, il n'a connu ses lettres de noblesse qu'en 1984 grâce au fameux Zapper de la NES.
Il est sortit au Japon sous forme de revolver réaliste, genre pétoire de cow-boy. Ailleurs il est sortit sous une forme plus futuriste, genre pistolet laser. D'abord en gris, puis en "orange tube néon" parce qu'une loi aux Etats-Unis est passée, interdisant au jouet de ressembler à de vraies armes.
Une quinzaine de jeux ont été réalisés pour lui, les plus célèbre étant bien sûr Duck Hunt et Wild Gunman qui fait son grand retour.
Zapper Famicom NES Zapper

En 1987, pour concurrencer le Zapper de la NES, Atari et Sega sortent respectivement le XG 1 et le Light Phaser.

XE Light Gun atari 2600 & 7800 Phaser Master System

Le XG-1 ne fonctionne pas comme les autres pistolets optiques, mais comme un crayon lumineux spécialisé. Le crayon lumineux était utilisé dans les ordinateurs d’Atari, mais ne c’est jamais propagé.
Ce système étant moins précis, beaucoup se sont plaints de son inexactitude, qui variait selon les jeux. Atari recommanda un « procédé de calibrage » à chaque utilisation et à chaque changement de jeu, pour compenser l’ex-centrage.
De plus les jeux spécifiques étaient plus lumineux que d’ordinaire, pour faciliter la lecture de l’écran par le pistolet, mais rien ni faisait.
Le port manette de l’Atari 7800 et de la Master System étant les mêmes, certains ont été jusqu’à modifier le pistolet de Sega pour le brancher sur Atari… et ça marchait.

En 1991, Konami crée le Laserscope pour la NES.
Ce n’est pas vraiment un pistolet, mais un casque qui fonctionne de la même manière. Appelé Gun Sight au Japon, il est distribué avec le jeu Laser Invasion. Muni d’un micro, il fait feu dès qu’on crie… « Feu ! »… ou peu importe quoi d’autre, la technologie n’étant pas très au point.

NES Laserscope Konami 

Il y avait un réticule de visée à placer devant un œil et qui détectait les mouvements de la réti… non j’déconne, il fallait bien entendu bouger la tête. Il est compatible avec tous les jeux prévus pour le Zapper.

En 1992, avec l’amélioration de la puissance des consoles, il fallait aussi augmenter le calibre des armes. On passe directement au bazooka avec le Super Scope de la Super Nintendo et le Menacer de la Megadrive. Tout deux fourni avec une cartouche contenant 6 petits jeux, tout deux sans fil, et tout deux ayant eu un succès mitigé.

Super Scope SNES Menacer Megadrive

Finalement leur forme et leur taille les rendaient beaucoup moins faciles et agréables à utiliser, on revient alors aux armes de poings avec le Virtua Gun sur Saturn (1995) et le G-Con 45 de Namco sur PlayStation (1997).

Saturn Virtua Gun G-Con 45 namco

En 2000 et 2001, sur Dreamcast, PS2 et XBOX, les Light Gun (dont le plus célèbre est le G-Con 2) gagnent une croix directionnelle afin de se déplacer en tirant mais peu de jeux l’ont utilisée. Beaucoup d'autres pistolet non officiels sont sortis, proposant un design ultra réaliste, un pointeur infra rouge, des vibrations ou un système simulant le recul de l'arme.

Dreamcast G-Con 2 Namco Light-Gun XBOX


Pourtant cette tendance pourrait changer quand on regarde le Wii Zapper et le G-Con 3 prévu sur PS3.
Le G-Con 3 comporte 2 sticks analogiques et 4 boutons directement accessibles en plus de la gâchette.

G-Con 3Gun-Con 3Gun PS 3

Le Wii Zapper ne contient aucun élément électronique, c’est juste un bout de plastique qui permet d’assembler le Nunchuck et la Wiimote pour en faire un revolver. Il n'a qu'un stick analogique mais bien sûr il garde la reconnaissance de mouvement.

Wii zapper

Avec ces configurations, on peut espérer des shoots moins linéaires incluant la possibilité de se déplacer et de choisir son champs de vision. L'evolution des FPS ?

Tout deux règlent aussi un problème qui était amené à s’amplifier : à l’origine prévu pour écran CRT, la multiplication des écrans 100 Hz, LCD, plasma,… a posé quelques soucis de compatibilité. Mais ce n’est plus le cas grâce à la technologie infra rouge émis par une sonde placée sur le téléviseur.

Bref, on peut dire qu'on à le choix des armes...

Light Guns Arsenal 


... mais pas autant qu'en arcade. (à venir)


Terminator 2 




A voir : la liste de tous les gun shooting sur tous les supports : en.wikipedia.org/wiki/List_of_light_gun_games
 
 
 
 
Edit : Sony propose lui aussi une carcasse de revolver dans lequel vient s'enficher le PS Move, qui sortira avec Time Crisis : Rising Storm.
 
 

Gun PS Move 

 

 

On dirait un peu un pistolet à bulles de savon mais bon...

 

Et pour les jeux qui nécessite un déplacement, les First Person Shooter  donc, comme Killzone 3, il y a le Sharp Shooter qui permet d'insérer le Navigation Controller.

 

 

sharp-shooter.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article

Josh @ Gun Mann 08/10/2015 08:21

I know this is quality based blogs along with other stuff.