Joypads et joysticks divers

Publié le par Gamerdome

article divers b

 

 

 

 




D'innombrables joysticks et joypads ont vu le jour, pas seulement les officiels disponibles avec nos consoles bien connues, d'autres sociétés ce sont spécialisées dans la fabrication de contrôleurs. Certains proposent du classique, mais du bon, des valeurs sûres. Pendant que d'autres tentent d'innover et inventent des contrôleurs plus exotiques. Petit florilège.



Quel est le meilleur joypad sur consoles 16 bits ?
Super Nintendo ou Megadrive ?


A l'époque ont parlait souvent de la "guerre des consoles"... mais il y avait aussi la guerre des joypads.
Celui de Nintendo disposait de 6 boutons, mais celui de Sega avait une meilleure ergonomie, et leurs croix directionnelle aussi avaient leurs adeptes. Bref, impossible de les départager.

Megadrive VS Super Nintendo 

Apparu alors le
Competition Pro pour Amiga CD 32 qui reprend le meilleur des 2 stars de l’époque : la Megadrive pour la prise en main et la croix, et la SNES pour les triggers et la disposition des boutons... le top. (Professional Control Pad, comme le dit la boîte d'origine).


Competition pro CD32 
La forme et la croix proviennent de la Megadrive.

Competition Pro 
Le nombres et la disposition des boutons 
viennent de la Super Nintendo.



Turbo Touch 360 - Triax - NES/SNES/MD - 1992.

Un joypad avec en lieu et place de la croix directionnelle, un disque sensitif qu’il suffit d’effleurer.
Et c’est là son principal argument commercial: il suffit de glisser sont doigt, plus de fatigue ni de blessure au niveau du pouce, contrôle des diagonales facilité, aisance des mouvements… et c’est vrai… tellement vrai qu’il en devient TROP sensible. On manque de sensations et le moindre écart de direction sera transmis instantanément au jeu, le rendant incontrôlable.

TTT Turbo Touch Triax Turbo Touch 360 SNES Turbo Touch 360 Genesis sega 


La gamme QuickShot.

Spectravision, devenu Bondwell par la suite, développa toute une gamme de contrôleurs avec des noms exotiques comme les Python, l'Apache ou le StarFighter.

Quick Shot Flyer 

Ce sont principalement des joysticks de type PC, mais aussi des joysticks arcade, ainsi que quelques joypads. Bref du classique... sauf pour certains plus expérimentaux.

Comme le Quick Shot 7, un joypad à une main. Son D-Pad est rond et complètement plat.

Quick Shot VII 

Le FlightGrip, qui malgré les apparences n’est pas un guidon de moto, mais un simple joypad avec une prise en mains poussée à l’extrême, un bouton devant à actionner avec le pouce, et l’autre derrière à la place du « frein ».


FlightGrip 

Flight Grip 

Le Joyball qui contrairement à ce que l’on pourrait croire au premier regard n’est pas un trackball, mais un joystick qui propose une prise en main originale avec une demi sphère en guise de manche, à prendre avec la paume.

Quick Shot IX 

Plus de détails ici : link


Le Joy Ball de Datex.


A ne pas confondre avec le Joyball de Spectravision, il va encore plus loin puisqu'il propose une shère entière à la place du stick habituel.

joy ball


L’ASCII Stick.

Ascii développa une gamme de joypads qui, tel le Quick Shot 7 vu plus haut ou l'Amiga Power Stick (vu dans L'évolution des joysticks, partie 2 ), permettent de jouer d’une seule main. Le premier fut disponible sur la Nintendo 8 bits, le L5. Il est très ergonomique et tient parfaitement dans le creux de la main, les boutons sont situés à l'arrière dans des goutières où se glissent parfaitement l'index et le majeur. Bien qu’il permet de jouer à tout les jeux, il était surtout conçu pour les RPG (les jeux de rôles), qui en générale possèdent une bonne maniabilité mais basique)

NES Ascii NES L5 

Ensuite il y eu le Super L5 pour Super Nintendo, une simple boule, tout petite.

Ascii super L5 Super Famicom RPG controller 

Révision de forme et de nom avec l’Ascii Grip toujours sur Super Nintendo, semblables aux versions Saturn et Playstation sauf pour la dernière sur PS qui possède un stick analogique.

ascii grip ascii grip V2 PSX 




1989 – Viewmaster Interactive Vision.


1989 INTERACTIVE VISIONConsole très étrange sortie en 1989 ; elle fonctionne avec des K7 VHS et applique ses propres graphismes par dessus des images réelles. Sont contrôleur est tout aussi bizarre, mais outre sa forme biscornue, il serait le premier à utiliser des boutons de différentes couleurs. On pardonnera son manque d’ergonomie en sachant qu’il était destiné à des jeux éducatifs avec une maniabilité très basique.
 

viewmaster 

 

1983 - Super Action Controller.

Pour ColecoVision,
« 5 en 1 ! » comme le dit la pub :

 

- Arcade quality joystick : un joystick 8 directions avec une grosse boule rouge comme sur les bornes.
- Speed roller : une molette classique sauf qu’elle est placée verticalement à l’intérieur du contrôleur, comme la roulette des souris.
- 4 players select triggers : 4 gros boutons qui se place sous chaque doigts tenant la poignée.
- 12 buttons keypad : le clavier habituel pour l'époque avec possibilité de mettre des overlays.
- Custom designed grip : une poignée en caoutchouc additionnelle pour les grosses mains.

Coleco Vision


Il est vraiment énorme et, bien qu'il soit compatible avec toute la ludothèque Coleco, il est plutôt prévu pour être utilisé avec des jeux de sport : Baseball, Football, Boxe,... grâce à ses 4 triggers de couleurs qui permettaient par exemple de changer et contrôler 4 personnages à l'écran, chacun d'eux correspondant à une couleur. J'ignore jusqu'à quel point ils étaient sollicités dans le gameplay, mais ça ne devait pas être facile d'appuyer avec tous les doigts en pleine action.

Super Action 


Light Pen - 1984 - Vectrex.


Light Pen 


Sortie en 1982, la Vectrex : une console incorporée à un écran et disposant de graphismes vectoriels, proposa dès 1984 le premier et le seul Light Pen sur console. Il permettait de dessiner en le pointant directement sur l’écran.
Cela rappelle furieusement la Nintendo DS, bien qu’elle possède une autre technologie avec l’écran tactile, les possibilités de gameplay sont les mêmes. D’ailleurs en 1988 une Vectrex portable fut envisagée mais le succès de la GameBoy rendait le pari trop risqué. Que ce serait-il passé si ça avait été le cas et s’ils avaient aussi miniaturisé le stylo ?

 

Il fut vendu avec Art Master, un logiciel de dessin, et compatible avec Melody Master pour composer de la musique ainsi qu’avec AnimAction, un programme d’animation. Un autre jeu fut prévu : Mail Plane, mais il n’est jamais sorti bien que totalement terminé.

  
VectrexAnimAction Melody Master LightPen




Les consoles dédiées.


Dans les années 70 les premières consoles de jeux ne disposaient pas de cartouches interchangeables, les jeux étaient directement inclus dans la mémoire interne et les premiers contrôleurs, les paddles, étaient eux aussi incrustés à même la console. Quoi de plus naturel alors que de créer des consoles dédiées, avec des jeux et des périphériques spéciaux incorporés. Ce fut le cas en 1977 avec la Stunt Cycle d’Atari et la Telstar Combat, puis en 78 avec la Telstar Arcade, une console triangulaire qui possédait un contrôleur différent sur chaque côté : les classiques molettes, un volant et un pistolet optique.

  
stunt cycle atari Telstar Combat Telstar Arcade



Les Keypads.


La première console à utiliser un clavier fut la RCA Studio 2 en 1976. Elle ne possède pas de joystick ni de paddle, juste des boutons qui font offices de touches directionnelles, la jouabilité n'est donc pas très agréable, ni instinctive.

RCA Studio II 

Elle a connu 4 clones dont l'Hanimex MPT-02 qui propose un keypad détachable.

hanimex 


D'autres consoles comme l’Atari 5200, l’Intellivision et la ColecoVision que vous pouvez retrouver dans L'évolution des joysticks ont repris le clavier, mais en y ajoutant un joystick. Ils furent ainsi appelés keypad qui est la contraction de keyboard et paddle.

La CreatiVision de Vtech sortie en 1981 est un hybride entre un ordinateur et une console, ses deux contrôleur vont plus loin que les autres keypads puisqu'ils combinent le joystick à un clavier 24 touches. Les deux keypads s’emboitent parfaitement dans la console, côte à côte, et forment ainsi un clavier d’ordinateur complet.

 Keypad 
Le keypad détachable.

CreatiVision 
Les deux keypads assemblés en un seul keyboard.


Malgré les quelques consoles qui l'ont utilisé, le clavier n'est pas vraiment adapté aux jeux vidéo console, et disparait rapidement.


Les Trackballs.

Fin des années 70, en plus du Spinner et du classique Joystick, le Trackball bien que développé pour travailler sur ordinateur, tente de se faire une place dans le monde vidéoludique. Il fut utilisé pour la première fois en arcade avec « Football » d’Atari,  puis dans des dizaines de jeux de sports en tout genre : basket, volley, bowling, billard, golf,… tout y passe. Il est vrai que le Trackball est bien adapté à ce genre de jeu « vu de haut ».
Il fut aussi utilisé dans quelques shoots classiques comme Centipede et Millipede ou d’autres dans lesquels on doit diriger un curseur comme Missile Command et Quantum. C’est pour l’adaptation de la plupart de ces jeux que le Trak-Ball fut disponible sur Atari 2600 (compatible 7800) et 5200.

Atari Trak-ball Atari 5200 trak-ball 

Sur Atari 5200 il dispose également d'un keypad, tandis que le Roller Controller de la Coleco Vision permet d'emboîter les keypads d'origine


Roller Controller 

Wico en développa un pour les différents PC et consoles d’époque, mais finalement le Trackball avait relativement peu de succès par rapport au Joystick ou même au Spinner.

Wico trackball

Si la Sega Master System avec le Sports Pad, ainsi que la Nintendo Famicom avec le Hori Track ont quand même eu droit à le leur, le Trackball, face au tout nouveau Joypad, tira définitivement sa révérence.

 Sega Sports Pad 
Sega Sports Pad, avec les boutons à gauche.


Hori track famicom 
Le Hori Track pour Famicom.




 

Commenter cet article